A lire

Couveerture du livre L'avenir en perspective de Jacques Carles et michel Granger

Abonnez-vous à l'infolettre pour être informé de la parution. Voir ci-dessous.

Infolettre

L’apogée démographique

La population humaine continue de croitre tout au long du 21ème siècle pour culminer autour de 11 milliards d’habitants avant d’amorcer enfin la décroissance. Cette évolution démographique s’accompagne d’un vieillissement important de la population mondiale et d’un allongement de la durée de la vie sur tous les continents. L’urbanisation accompagne l’augmentation de la population. Les deux-tiers de l’humanité vivent en ville dès 2050.

Cette page présente ce que que sera l'avenir probable de la population humaine pour ce siècle et tente une hypothèse pour les siècles suivants.

 

11 milliards d'humains en vue

population en 2100
 Il y a 50.000 ans la population humaine ne dépassait pas le million. Avec l’invention de l’agriculture, il y 10.000 ans, les hommes se multiplient. Ils sont environ 250 millions au début de l’ère chrétienne et la population restera à ce niveau pendant des siècles. Au tournant du premier millénaire, commence une timide croissance de la population. Les 500 millions d’habitants sont atteint au 17ème siècle. S’enclenche alors une croissance exponentielle. Le premier milliard d’être humains est atteint en 1800. Un peu plus de 100 ans après le deuxième milliard est enregistré vers 1925. Le quatrième arrive en une cinquantaine d’années, en 1975. Le 6ème milliard est atteint en moins de 25 ans, avant l’an 2000, le seuil du 7ème milliard d’humains est franchi en moins de 11 ans, en 2011. Selon les Nations-Unis en 2050 la terre comptera 10 milliards d’habitants et la population mondiale devrait atteindre son apogée à environ 11 milliards d’habitants d’ici la fin du siècle.

» Lire la suite

super-centenaires dans le monde

vieil homme supercentenaire

Si l’on excepte l’île de la Barbade qui, en 2013, a vu mourir un habitant de 113 ans, ce qui lui donne un super-centenaire pour environ 290.000 habitants, le classement mondial de l’extrême longévité est illustré ci-dessous.

supercentenaires par pays

» Lire la suite

Place aux vieux

Selon le Département des affaires économiques et sociale des Nations Unis le monde comptait en 2015, environ un demi-million de personnes âgées d’au moins 100 ans soit quatre fois plus qu’en 1990, ce nombre devrait s’approcher des 4 millions à l’horizon 2050 et dépasser les 20 millions à la fin du siècle. En 2015, on recensait au Japon, 4,8 centenaires pour 10.000 habitants, contre 3,1 en France, 2,2 aux USA et moins de 1 dans les pays émergents qui n’ont pas terminé leur transition démographique. D’ici la fin du siècle, ces chiffres seront multipliés par 10 voire davantage.

L’augmentation spectaculaire du nombre de centenaires illustre un phénomène plus général : la planète vieillit. Au Japon la part des plus de 60 ans atteignait déjà 33% en 2015. Cette même année, en Europe, les plus de 60 ans représentaient 29% en Italie, 27% en Allemagne et 25% en France. En Amérique, le Canada et les USA, pays où la natalité se maintient et où l’immigration joue un rôle, la part des plus de 60 ans représentait respectivement 22 et 21%. En Chine, les plus de 60 ans représentaient 15% de la population alors qu’en Inde émergeante ils ne représentaient que 9% des indiens. En Afrique, où la transition démographique démarre à peine, seuls 4% des Nigérians avaient plus de 60 ans en 2015.

» Lire la suite

La population se concentre dans les villes

 

En 1700, sur une population mondiale  d’environ 650 millions de personnes, seulement 45 millions d’entre elle (7%) vivaient en ville. Aujourd’hui, le Delta de la Rivière des Perles, la zone urbaine de Hong-Kong, dépasse les 65 millions d’habitants, soit l’équivalent d’un pays comme le Royaume-Uni.

En l’espace de trois siècles, non seulement la population mondiale a explosé mais cette croissance phénoménale s’est accompagnée d’une urbanisation sans précédent. Aujourd’hui, la moitié (54%) des 7 milliards d’habitants de la planète sont des citadins. Des différences importantes subsistent néanmoins entre les pays. Certains comme le Niger, le Népal ou le Cambodge ont des taux d’urbanisation d’environ 20% d’autres comme le Nicaragua, la Chine ou la Slovaquie sont aux alentours de 60%.

Quelques pays comme Singapour ou Monaco se réduisent à une ville et donc 100% de leurs ressortissants sont des citadins. Cinq pays concentrent plus de 60% de leur population dans leur seule capitale : Congo (Brazzaville), Kowait (Koweit City), Panam (Panama City), Porto-Rico (San Juan) et la Mongolie (Oulan-Bator)

» Lire la suite

population : l'étincelle humaine

L’humanité est à présent proche de la phase finale d’une longue évolution qui l’a fait passer du clan à la tribu, de la tribu au peuple, du peuple à l’état-nation, de l’état-nation à l’état continental, dernière étape avant le monde global. Riche de toute sa diversité génétique et culturelle acquise tout au long de son histoire, l’humanité s’apprête à constituer désormais un tout sur une planète finie.
La population et donc le nombre de cerveaux humains n’ont cessé de croître dans des proportions vertigineuses. Au cours de ce siècle, la masse de la matière grise des êtres humains va dépasser les 15 millions de tonnes, 1.000 fois plus qu’à l’époque de l’invention de l’écriture. Avec ce formidable potentiel d’intelligence, de plus en plus connecté, l’espèce humaine développe de fantastiques capacités technologiques. Elle acquière de nouveaux pouvoirs et repousse de nombreuses limites. Elle est même en situation d’agir sur sa propre nature et d’étendre son emprise au-delà de la Terre.
Les êtres humains sont par contre devenus tellement nombreux qu’ils approchent du moment où la planète ne pourra plus les faire vivre en aussi grand nombre qu’actuellement.

Comme il est illusoire de penser qu’ils pourraient s’établir rapidement sur une autre planète, la population humaine va inexorablement diminuer comme n’importe quelle espèce vivante placée dans un espace limité. Sur ce plan, l’homme n’est pas différent des bactéries placées dans une boite de Petri qui voient l'arrêt de leur prolifération quand s’épuise leur milieu de culture. Comme toute espèce animale qui se met à pulluler dans un environnement favorable, l’accroissement du nombre d’individus n’est pas infini. Après le pic de l’envolée des effectifs suit une baisse rapide et une stabilisation à faible niveau de la population.
L’exemple classique pour illustrer ce phénomène est celui des lapins qui ont ravagé l’Australie au 19ème siècle. En 1859, Thomas Austin, un britannique installé en Australie importe 12 couples de lapins. En quelques années, sans aucun prédateur pour réguler leur nombre, ils sont plusieurs centaines de millions et sont à l’origine d’une des pires catastrophes qu’a connue le pays. Ce n’est qu’après avoir épuisé la flore de l’immense île que les lapins ont pu être ramenés à un niveau gérable de population.

la population la chute annoncée

» Lire la suite

A propos

Animé par Jacques Carles et Michel Granger, tous deux ingénieurs et « Philosophiae Doctor » de l’Université de Montréal, ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.


Futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org