A lire

Couveerture du livre L'avenir en perspective de Jacques Carles et michel Granger

Abonnez-vous à l'infolettre pour être informé de la parution

Infolettre

Le monde virtuel et le monde réel s’interpénètrent

La réalité virtuelle (en anglais, virtual reality ou VR) permet de plonger une personne dans un monde artificiel créé numériquement. Avec un casque de vision et éventuellement des accessoires annexes munis de capteurs sensoriels pour simuler le toucher, l’odorat ou encore le goût, la personne peut interagir intuitivement et naturellement avec ce monde. La réalité augmentée permet quant à elle de superposer au réel une couche d’information ou d’effets digitaux. Bien que différentes ces technologies ont un point commun : elles mélangent le monde digital et le monde physique.
D’abord utilisées pour des applications ludiques ou récréatives, la réalité virtuelle trouve à présent des débouchés dans la sphère professionnelle. On la trouve dans l’ingénierie, la construction immobilière, l’enseignement, la formation professionnelle pour simuler un poste de travail ou de conduite, le marketing pour tester des univers de consommation ou des configuration de linéaires de supermarchés, la publicité pour vendre un produit, une destination de voyage… et même en politique.

A la frontière entre réalité virtuelle et réalité augmentée, Jean-Luce Mélanchon, candidat en 2017 à la présidence de la république française, était présent virtuellement par hologramme interposé à différents meetings au même moment. Dans le même esprit, Magic Leap, une start-up américaine soutenue par Google, travaille sur un système permettant de tenir des visio-conférences où chaque participant serait virtuellement présent avec son hologramme.

Récemment le professeur Thomas Gregory et son équipe de l’hôpital Georges Pompidou à Paris se sont équipés de lunettes Hololens pour mieux réussir les implantations très délicates de prothèses d’épaule. Avec ces lunettes conçue pour la réalité augmentée, le chirurgien peut positionner dans son champ visuel un modèle virtuel du patient avec les indications clés pour implanter correctement la prothèse : épaisseur des tissus, emplacement des os et des vaisseaux, etc.

Ces lunettes pour la réalité augmentée pourraient, dans un avenir plus ou moins proche, être remplacées par des lentilles. C’est du moins l’idée de l’iranien Babak Parviz, ancien chercheur de Harvard et diplômé en électronique de l’Université de Technologie Sharif à Téhéran. L’idée de Babak Parviz, qui fit partie de l’équipe du projet Google glass, est d’intégrer des composants nanométriques, électroniques, photoniques et wi-fi aux lentilles pour créer un mini-écran virtuel lisible par la rétine et connecté à un ordinateur ou à l’internet pour afficher les informations requise par l’utilisateur. Babak Parviz imagine déjà que les écrans de nos smartphones et de nos tablettes disparaîtront puisque la visualisation se fera directement sur nos lentilles. Débarrassés de leurs écrans, les smartphones et tablettes seront alors ultra miniaturisés.

Lors d’une visite au musée, à la place de fiches descriptives, d’un audio guide ou d’une application smartphone, le visiteur se verra proposé des lunettes de réalité augmentée pour agrémenter sa visite, avoir accès à des commentaires et des information spécifiques en fonction de l’œuvre qu’il admirera. Un touriste pourra voir la traduction dans sa langue de l’affiche qu’il regardera où l’adresses des restaurants aux alentours en fonction de sa géolocalisation.

A propos

Animé par Jacques Carles et Michel Granger, tous deux ingénieurs et « Philosophiae Doctor » de l’Université de Montréal, ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.


Futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org