Les métiers de demain

« Les rêves donnent du travail » 
Paulo Coelho

Les experts des ressources humaines sont unanimes : 70% des enfants qui naissent aujourd‘hui exerceront des métiers qui n’existent pas encore.

Les nouvelles technologies vont modifier les métiers traditionnels

Lors des prochaines décennies, nombre de métiers traditionnels qui contribuent à la qualité de vie vont être mieux perçus, mieux valorisés et plus demandés :  les métiers de la gastronomie et des arts de la table, l'éducation et l'enseignement, le tourisme, les métiers liés à la culture, les métiers liés à l'environnement, les métiers de la santé et d’assistance à la personne, etc. L’arrivée des nouvelles technologies va toutefois modifier de façon importante tous ces métiers traditionnels.

 

source : Softbank Robotics

L’entreprise d'origine française Aldebaran Robotics leader mondial en robotique humanoïde a conçu Roméo, ce robot assistant, dédié aux personnes dépendantes. Son rôle est double, il aide les personnes âgées dans leur vie quotidienne et il permet de lutter contre l’isolement des seniors en leur apportant soutien et sympathie. Roméo peut apporter et porter un objet, ouvrir les portes, attraper des objets dans les placards, monter les escaliers… Il fait également office d’agenda car il est capable de retenir des RDV, la prise de médicamentent… et cela par une simple conversation entre l’humanoïde et la personne. Sa forte ressemblance pour un humain lui attire la sympathie des gens. Il peut parler, communiquer, avec les personnes ce qui le rend plus réel à leurs yeux.

 

Certains des métiers nouveaux sont déjà en gestation

Des cultivateurs urbains apparaissent sur les toits des grandes cités du monde pour livrer des produits ultra-frais en plein centre-ville. Des paysans de la mer cultivent des macro algues sur les côtes de Bretagne ou des micro algues sur les plaines alluviales de Malaisie. Des pilotes de drones sont recrutés par Zipline, une start-up créée par Keller Rinaudo qui voulait qu’un malade puisse recevoir les soins dont il a besoin même dans les endroits les plus reculés du monde. Zipline est le premier système de livraison par drones de sang et de plasma aux cliniques d’Afrique de l’est. Des community managers sont déjà des centaines de milliers sur la planète à gérer les pages des réseaux sociaux d’entreprises ou de structures institutionnelles.

 pilote de drone

L’énorme potentiel de l’internet pour générer des emplois se confirme chaque jour. Pourtant, au début des années 2000 peu de personnes avaient pris conscience de la vitesse à laquelle l’internet allait se répandre sur la planète et bouleverser l’économie comme les modes de vie.

Le numérique va peu à peu transformer radicalement des pans entiers de l’économie. De nouveaux emplois seront créés mais d’autres disparaitront, y compris dans les transports avec les véhicules autonomes et le secteur tertiaire où nombre de fonctions d’expertise seront assurées par des machines et des logiciels. Le processus est d’ailleurs déjà enclenché dans de nombreux secteurs : banque, finance, droit, assurances, etc. Des prédictions alarmistes ont pu être faites à la suite d’une élude réalisée par des chercheurs de l’Université d’Oxford qui annonçait que près d’un emploi sur deux (47%) serait menacé par la numérisation de l’économie. Bien que largement reprises par les medias, cette étude est loin d’être rigoureuse et les conclusions sont contredites par de nombreux autres experts. Pour l’OCDE, cette menacée est très surestimée et, selon son analyse, seuls 9% des emplois seraient menacés par l’automatisation, un chiffre inférieur au potentiel de création d’emplois des nouvelles technologies. Lors de la conférence de Tallinn sur l’avenir du travail, Jacques Bughin, directeur du McKinsey Global Institute, partage cet optimisme : il estime, chiffres à l’appui, que l’ère numérique génèrera plus d’emplois qu’elle n’en supprimera.

De nombreux emplois vont être transférés à l'Intelligence Artificielle 

De nombreux emplois vont être transférés, au moins partiellement, à l'Intelligence Artificielle, y compris des emplois actuellement de haute qualification comme les radiologues, les notaires, les analystes financiers, etc. Heureusement, les statistiques montrent que chaque emploi créé dans le secteur de la haute technologie entraine la création de cinq autres emplois. Parmi les emplois induits, tous ne concernent pas que les ingénieurs, loin s’en faut comme l’illustre les plateformes logistiques d’Amazon qui embauchent de nombreux manutentionnaires.  Comme le numérique, l'Intelligence Artificielle, créera des métiers complémentaires qui compenseront les emploi perdus. Il y aura sans doute moins de radiologues ou de clercs de notaires mais les opportunités nouvelles seront offertes dans les métiers du savoir.
Quelque 3000 entreprises dans le monde travaillent à présent dans le domaine de l'Intelligence Artificielle et emploient déjà des centaines de milliers de personnes. L’intelligence artificielle gagne tous les secteurs : services financiers, analyse de données, marketing, reconnaissance de forme, police et sécurité, médecine,etc. Le géant bancaire Bank of America Merrill Lynch chiffre à 153 milliards de dollars la croissance de ce marché pour les 5 ans à venir.

Le cas de l’Estonie est aussi significatif à cet égard. Ce pays dont le taux de chômage (7%) est l’un des plus faible d’Europe, est aussi l’un des pays les plus numérisés du monde. Dans un contexte de profonde transformation de l’économie, Jevgeni Ossinovski, ministre estonien du Travail et de la Santé, préconise d’ailleurs de renforcer la protection sociale et d’adapter les compétences des travailleurs européens pour que l’Europe reste « le meilleur endroit où vivre sur Terre ».

 

A propos

Animé par Jacques Carles et Michel Granger, tous deux ingénieurs et « Philosophiae Doctor » de l’Université de Montréal, ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.


Futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org