Les frontières évoluent

"Le soleil passe les frontières sans que les soldats tirent dessus". Salim Jabran

Fontière entre les deux Corée
frontière entre les deux Corée

 La frontière est une limite entre deux espaces. Elle peut être linguistique, religieuse, économique, nationale, régionale ou autre encore mais quelle que soit sa nature elle a bien souvent été à l’origine de guerre entre les hommes. Elle est rarement intangible, sa finalité et son tracé évoluent avec le temps.
Depuis la fin de la première guerre mondiale le nombre de frontière n’a pas cessé d’augmenter. En 1914, le nombre total d'États généralement reconnus s'élevait à 53, actuellement l’Organisation des Nations-Unis reconnaît officiellement 197 états indépendants sans compter ceux qui aspirent à le devenir : Kosovo, Ossétie du sud, Kurdistan, Catalogne, etc. La mondialisation en cours n’a pas stoppé le processus de fragmentations des territoires. Les états issus de la décolonisation ou de l’effondrement du bloc soviétique n’en finissent pas de se morceler et les entreprises multinationales consolident la multiplication de micro-états qui sont autant de paradis fiscaux pour beaucoup (Bahamas, Tuvalu, Nauru, Tonga, Palaos, Sainte-Lucie, Kiribati, etc.).
Aujourd’hui deux logiques s’opposent. L’une vise à renforcer les frontières politiques pour préserver l’identité des citoyens qui vivent à l’intérieur d’un territoire. L’autre, au contraire, vise à rendre les frontières plus perméables voire à les abolir.

» Lire la suite

Le temps des grands états

Dans les pays développés les opinions publiques sont conscientes qu’une approche planétaire est nécessaire pour traiter les problèmes globaux comme par exemple le réchauffement climatique, la sécurité ou l’immigration. Elles s’inquiètent néanmoins d’une mondialisation marchande qui profite surtout à une minorité et qui accroit les inégalités. Elles constatent également que le risque terroriste est toujours là et que le crime organisé des mafias de la drogue prospère par delà les frontières. Elles s’indignent enfin des paradis fiscaux qui profitent aux super-riches. Loin de souhaiter la disparition de l’Etat, les opinions publiques demandent au contraire à l’état de les protéger contre les excès du libéralisme et d’agir pour plus de sécurité et de justice.
Dans ce contexte, les états de grandes dimensions, mieux que les petits pays, peuvent davantage conserver une certaine souveraineté face à la pression externe de la mondialisation.


le monde en 2050 selon Worldmapper
(aires proportionnelles à la population)

» Lire la suite

La Sibérie : terre sino-russe ?

sibérie


La Sibérie, avec ses 13 millions de km2, s’étend de l'Oural à l'océan Pacifique. Elle possède une immense façade maritime sur l’océan Arctique au nord et partage 14.000 km de frontière au sud avec le Kazakhstan, la Mongolie et la Chine. Elle représente 77% de la surface de la Russie actuelle et regorge de ressources naturelles encore peu exploitées : forêts, minéraux, gaz, pétrole, etc. Le réchauffement climatique est par ailleurs en train de la transformer en terre agricole riche de potentiel.
Trait d’union entre l’Europe, l’Asie et le monde turcophones, la Sibérie est une terre de rencontre et de contraste appelée à jouer un rôle de laboratoire dans l’interpénétration des civilisations.

» Lire la suite

L’Europe, de l’Atlantique à l’Oural

Europe de l'Atlantique à l'OuralDans un monde qui se globalise, la religion, la région, la langue apparaissent comme des boucliers à ceux qui sont en quête d’identité. L’Europe n’échappe pas à ce phénomène. De nombreuses revendications d’autonomie régionale voire d’indépendance se font entendre, jusqu’au cœur même de l’Europe, où Flamands et Wallons sont tout près de faire éclater la Belgique. En Espagne, les autonomistes sont au pouvoir en Catalogne et Basques, Galiciens, Andalous ou encore Aragonais ont par ailleurs déjà obtenu une reconnaissance de leurs spécificités culturelles. En Italie, pays dont l’unité est récente (1861) la Padanie (Lombardie), la Vénétie, le Frioul, la Sardaigne et dans une moindre mesure la Sicile, ont des revendications spécifiques, les Lapons en Scandinavie veulent un pays à eux, dans le Royaume plutôt désuni du Brexit, les Ecossais et les Gallois se verraient bien un avenir à part de l’Angleterre. En Frise aux Pays-Bas, en Silésie en Pologne et même en Bavière, en Allemagne, les aspirations à des droits culturels particuliers se font jour. En France, lors des dernières élections régionales, les Corses ont voté majoritairement pour les partis autonomistes et des mouvements identitaires existent en Alsace, en Bretagne et au pays Basque.

Ces aspirations régionalistes ne sont pas antinomiques de la construction de l’Europe. Elles sont plutôt à mettre en regard du mode de fonctionnement des institutions européennes et notamment du principe de subsidiarité qui vise à privilégier le niveau inférieur d'un pouvoir de décision aussi longtemps que le niveau supérieur ne peut pas agir de manière plus efficace.

» Lire la suite

L’Arctique, nouvel Eldorado

arctique 

Toutes les observations vont dans le même sens : les effets du réchauffement climatique sont beaucoup plus importants aux pôles que dans le reste du monde. Depuis 1980, la glace de l’océan arctique a ainsi perdu 75% de son volume et la banquise devrait avoir totalement disparue aux alentours de 2050 [1]. La glace de couleur blanche, réfléchit une bonne part du rayonnement solaire. Ce pouvoir réfléchissant, c’est l’albédo. Quand la glace fond, l’albédo diminue : le rayonnement solaire est davantage absorbée par la terre ou par l’océan. Une boucle de rétroaction positive se met en place. Le réchauffement s’amplifie et la fonte s’accélère. C’est ce même processus qui fait que sur les terres polaires du Canada ou de la Sibérie, la végétation remonte vers le nord et que la surcroissance végétale y est au moins deux fois plus rapide que dans le reste du monde.
Au courant du 21ème siècle, la dislocation progressive de la banquise et le rétrécissement de la surface du pergélisol[2] va bouleverser le panorama arctique. De nouvelles routes maritimes s’ouvriront pour relier les divers continents en passant par le pôle.

» Lire la suite

Après la Chine : l’Union indienne ?

L’Inde est un grand pays de par sa superficie (3,3 millions de km2 soit 6 fois la France) et de par sa population (1,3 milliards d’habitants en 2017 - 1,7 milliard en 2050). L’Inde a contribué à l’essor des sciences et de la pensée humaine depuis plus de 5000 ans. C’est en Inde, bien avant les arabes, que le concept du zéro a été introduit, ses sciences et sa médecine, ses arts et sa littérature montrent des degrés de civilisation bien avant l’Egypte ou la Grèce antique. A l’époque de notre moyen-âge elle rayonnait pacifiquement en Indochine et en Indonésie. Elle inspire encore de nos jours nos réflexions philosophiques.

» Lire la suite

Les Etats-Unis, laboratoire de la planète globale

Au siècle dernier, les Etats-Unis ont considérablement accru leur puissance militaire et technologique au point de dominer le monde. Aujourd’hui les USA ne constituent cependant plus la première puissance économique de la planète. La Chine populaire l’a dépassé en 2018 et l’Inde en fera de même vers 2060.
La puissance de l’Amérique est relativisée par la mondialisation qu’elle a pourtant largement contribué à organiser. Sous la présidence de Donald Trump, elle s’est retirée de l’UNESCO, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. Elle a renié ses engagements sur l’accord de Paris pour le Climat au moment même où l’agence Zillow, révèle qu’environ 2 millions de logements risquent d’être immergés d’ici 2100, aux Etats-Unis du fait de la montée du niveau de la mer, évaluée, en moyenne, à 1,8 mètre d’ici la fin du siècle à partir des données de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).
Par ailleurs, avec la baisse de la valeur de sa monnaie et le niveau abyssal de sa dette, l’Amérique n’est plus le modèle qu’elle a longtemps été.
La puissance économique globale de la Chine et bientôt de l’Inde ne signifie pas pour autant que le revenu moyen des habitants de ces pays soit plus élevé que celui des américains. Loin s’en faut. Ramené au nombre d’habitant, la richesse moyenne d’un américain reste très largement supérieure à celle d’un chinois ou d’un indien. Même à l’horizon 2060, le PIB par habitant restera en moyenne aux Etats-Unis quasiment le double de celui de la Chines et le quadruple de celui de l’Inde. Par contre les inégalités ne cessent de s’accroître. On peut aujourd’hui être aussi pauvre à Chicago qu’à Bombay ou aussi riche à Shanghai qu’à San Francisco.

 pib des grands pays

Europe : tous les états européens y compris Russie d’Europe
(source OCDE/ONU)

» Lire la suite

L’Afrique émerge

l'afrique émerge 

En 1900, l’Europe comptait 420 millions habitants, l’Afrique n’en comptait que 100 millions, environ 4 fois moins. Forte de sa supériorité démographique et technologique, l’Europe d’alors dominait le monde et regardait l’Afrique de haut.

La roue tourne. Alors que l’Europe vieillit et que la démographie s’essouffle en Asie, l’Afrique est à son tour en plein boom démographique. Elle compte à présent 1,2 milliard d’habitants contre seulement 740 millions en Europe. Plus de la moitié de la population africaine a moins de 25 ans et même si sa fécondité rejoint peu à peu celle des autres continents, ces centaines de millions de jeunes africains feront à leur tour de nombreux enfants.

» Lire la suite

A terme le niveau des océans pourrait monter de 6 mètres

 

 Depuis des millions d’années, la Terre connaît des alternances de périodes glaciaires et de périodes interglaciaires avec des variations considérables du niveau des océans. Ainsi lors de la fin de la dernière période glaciaire, il y a quelque 20.000 ans, la fonte des calottes continentales et la dilatation de l’eau sous l’effet du réchauffement climatique[1] a entraîné une formidable remontée du niveau des mers de l’ordre de 120 mètres. Au plus fort de ce processus, il y a 14.000 ans, la hausse du niveau marin a pu atteindre 4 à 5 mètres par siècle pendant 400 ans selon une étude réalisée par une équipe scientifique française, étudiant les évolutions des récifs coralliens de Polynésie[2].

Après s’être peu ou prou stabilisé pendant quelques millénaires, le niveau des mers est reparti à la hausse au cours du 19ème siècle avec une nouvelle phase de réchauffement climatique. Le phénomène semble même s’accélérer depuis quelques décennies au point que, dans son dernier rapport, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a revu à la hausse ses prévisions. Il estime à présent que le réchauffement en cours pourrait se traduire par une montée des eaux de 0,5 à 1 mètre d’ici 2100.

» lire la suite

A propos

Animé par Jacques Carles et Michel Granger, tous deux ingénieurs et « Philosophiae Doctor » de l’Université de Montréal, ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.


Futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org