Nous serons tous riches

Selon le magazine américain Forbes, le nombre des milliardaires que compte la planète a franchi pour la première fois, en 2017,  la barre des 2000 personnes. Pour être précis, 2043 super-riches possédaient plus de 7000 milliards de dollars soit en moyenne plus de 3,5 milliards chacune. Huit d’entre eux possèdent désormais autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Les 200 millions de personnes les plus fortunées concentrent à elles seules plus de trois-quarts de la richesse du monde.
Notre hypothèse est que dans quelques siècles, quand la population mondiale sera revenue à son niveau d’équilibre de 200 millions d’individus, les habitants de cette terre seront de nouveau proches de la nature et connaîtrons une situation comparable aux super-riches d’aujourd’hui.

Le travail ne sera plus nécessaire pour gagner sa vie. Les activités de production, de services ou de gestion ne seront plus effectuées par les humains mais par des machines et des robots qui seront capables d’interpréter des données, de réfléchir et d’imaginer des solutions aux problèmes qu’ils rencontreront dans leurs tâches.

Un revenu universel conséquent sera versé à tous. La société humaine se rapprochera de ce qu’ont connu les citoyens des civilisations antiques où le travail, considéré comme dégradant, était confié aux esclaves[1].

L’économie sera redevenue une fonction parmi d’autres et l’activité professionnelle de ceux qui feront le choix de travailler concernera la conception, l’innovation et les mises en relation des humains pour qu’ils échangent et construisent ensemble. Comme au temps de la Grèce de Périclès, une indemnité sera versée aux citoyens pour leur participation à la vie politique et pour leur contribution au bien commun.

La planète, globalisée, aura effacée les frontières et les tensions. La prospérité associée à la paix aura enfin fait entrer l’espèce humaine dans une ère de sagesse.

_________________________________________________

[1] Les esclaves étaient très nombreux dans l’antiquité, ils pouvaient représenter jusqu’à 90% de population dans certaines cités grecques. Au 4ème siècle avant notre ère, Xénophon proposait dans Les Revenus, son ouvrage majeur, que l’Etat mette en place un système d’esclaves « publics » pour satisfaire les besoins de la collectivité et assurer un revenu à l’Etat.

 

A propos

Animé par Jacques Carles et Michel Granger, tous deux ingénieurs et « Philosophiae Doctor » de l’Université de Montréal, ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.


Futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org