A lire

Couveerture du livre L'avenir en perspective de Jacques Carles et michel Granger

Abonnez-vous à l'infolettre pour être informé de la parution

Infolettre

L'instruction est stratégique

L’éducation et l’instruction sont des paramètres essentiels qui conditionnent les performances économiques et la richesse d’une nation. Il suffit pour s’en convaincre de constater la relation entre le nombre d’années d’étude et le PIB par personne illustrée par le graphique ci-dessous qui donne le PIB par personne selon la durée moyenne de scolarité dans quelques pays représentatifs.

 

 

PIB per capita
(en parité de pouvoir d’achat exprimés en milliers de dollars US) [1]

 

La qualité de l’instruction est aussi évidemment cruciale pour la compétitivité d’un pays comme le montre le lien entre le PIB par personne et le score obtenu par les élèves en fin de scolarité obligatoire aux tests du Programme international pour le suivi des acquis des élèves, connu sous l’acronyme anglais PISA [2]. Ces évaluations sont réalisées tous les trois ans par l’OCDE dans quelque 70 pays.

» lire la suite

La mutation de l’enseignement supérieur

Selon l’UNESCO, il y aurait  environ 200 millions d’étudiants dans le monde, soit 2 fois plus qu’en l’an 2000 et ce chiffre devrait encore doubler dans les 20 ans à venir.
La Chine compte 45 millions d’étudiants, l’Inde en recense 35 millions. Quelque 20 millions se trouvent en Amérique latine, 19 millions aux Etats-Unis et 16 millions en Europe (Russie comprise). Malgré une croissance plus forte que partout ailleurs, l’Afrique n’héberge encore que guère plus de 8 millions d’étudiants. Elle affiche ainsi le plus faible taux d’accès à l’enseignement supérieur du monde : moins de 10%. Ce chiffre masque cependant une autre réalité : les étudiants africains sont nombreux à étudier sur d’autres continents et à y acquérir de prestigieux diplômes.

» Lire la suite

L’enseignement supérieur se mondialise

Avec l’effondrement de l’union soviétique et la fin de la guerre froide, le contexte politique mondial a changé. Les idées libérales se sont imposées sur tous les continents. Les échanges économiques et culturels se sont considérablement multipliés. La Chine communiste est devenue le premier pays capitaliste du monde. L’Inde et nombre de pays émergents ont commencé de prendre leur place dans le concert des nations.
Les étudiants sont de plus en plus demandeurs de formations internationales. Chaque année, ils sont environ 5 millions dans le monde à partir à l’étranger pour suivre un cursus universitaire, près de trois fois plus qu’il y a 20 ans [1]. L’internationalisation de ces élites et le processus parallèle de mondialisation de l’enseignement supérieur influencent à présent l’humanité dans son ensemble.

Continue Reading

Le supérieur devient un enseignement de masse.

Avec l’importance croissante de l’immatériel et de la technologie, la matière grise est devenue plus importante que la matière. Le savoir-faire et la capacité à innover sont à présent les facteurs clés de la compétitivité économique. Pour réussir, les entreprises doivent investir sur les compétences. Le diplôme constitue la base pour s’insérer sur le marché du travail. Les meilleurs emplois sont réservés aux plus instruits.
La demande étant forte, le nombre d’étudiants explose dans l'enseignement supérieur. Ils sont à présent 200 millions dans le monde. De plus en plus de jeunes poursuivent leurs études. Le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur, dans la tranche d’âge 25-34 ans, atteint par exemple 70% en Corée du sud, 60% au Canada et au Japon, entre 40 et 50% aux Etats-Unis et dans la plupart des pays européens et il dépasse les 20% dans pratiquement tous les autres pays de l’OCDE.

» Lire la suite

L’enseignement supérieur : un produit marchand

L’enseignement n’est alors plus seulement un moyen d’enrichir la culture générale d’un individu, de lui donner les outils pour penser et pour réfléchir par lui-même. Il ne s’agit plus de transmettre le savoir pour le savoir mais de former une main d’œuvre compétente. Le savoir acquière une valeur économique. Il est monnayable pour ceux qui ont fait l’effort de l’acquérir et il est source de valeur ajoutée pour les entreprises. Dans ces conditions l’enseignement supérieur délaisse les « humanités » et se rapproche du monde de l’entreprise. Il devient un produit marchand qui obéit aux lois de l’offre et de la demande.

» Lire la suite

A propos

Animé par Jacques Carles et Michel Granger, tous deux ingénieurs et « Philosophiae Doctor » de l’Université de Montréal, ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.


Futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org