Le supérieur devient un enseignement de masse.

Avec l’importance croissante de l’immatériel et de la technologie, la matière grise est devenue plus importante que la matière. Le savoir-faire et la capacité à innover sont à présent les facteurs clés de la compétitivité économique. Pour réussir, les entreprises doivent investir sur les compétences. Le diplôme constitue la base pour s’insérer sur le marché du travail. Les meilleurs emplois sont réservés aux plus instruits.
La demande étant forte, le nombre d’étudiants explose dans l'enseignement supérieur. Ils sont à présent 200 millions dans le monde. De plus en plus de jeunes poursuivent leurs études. Le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur, dans la tranche d’âge 25-34 ans, atteint par exemple 70% en Corée du sud, 60% au Canada et au Japon, entre 40 et 50% aux Etats-Unis et dans la plupart des pays européens et il dépasse les 20% dans pratiquement tous les autres pays de l’OCDE.

En Chine, à la fin du siècle dernier, l’enseignement supérieur était réservé à une infime minorité de la population. En quelques décennies le pays est en train de rattraper son retard. Quelque 8 millions de diplômés sortent à présent des universités chinoises, dix fois plus qu’il y a vingt ans et deux fois plus qu’aux Etats-Unis. L’augmentation est particulièrement spectaculaire dans le secteur des technologies avec la création de dizaines d’écoles d’ingénieurs et, dans une moindre mesure, dans les domaines des lettres et du droit. L’investissement massif dans l’éducation supérieur et les priorités retenues illustrent la volonté de Pékin d’encourager les évolutions industrielles vers les secteurs de pointe et d’accroître l’influence chinoise dans le monde.

A propos

Animé par Jacques Carles et Michel Granger, tous deux ingénieurs et « Philosophiae Doctor » de l’Université de Montréal, ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.


Futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org