flash :

 Mission InSight : le lancement avec la fusée Atlas V s'est déroulé comme prévu le 5 mai 2018 depuis la base californienne de Vandenberg. Le voyage d'environ 485 millions de kilomètres devrait durer 6 mois pour une arrivée le 26 novembre 2018. L'astromobile qui sera déposé sur Mars aura pour objectif d'étudier le sous-sol profond de Mars, sa température et les vibrations grâce à un sismographe conçu par le CNES.

Un privé sur Mars

 

Lorsqu’il a créé Space X, en 2002, Elon Musk, le patron de Tessla, leader de la voiture électrique, avait promis de révolutionner la technologie spatiale avec pour objectif de permettre à l’homme de coloniser d’autres planètes. A l’époque, peu de monde l’avait pris au sérieux. Aujourd’hui Elon Musk promet d’envoyer une première mission sur Mars en 2024 soit 6 ans avant la Nasa. Un objectif qui paraît bien ambitieux et sans doute bien optimiste mais le fondateur de Space X a gagné en crédibilité avec les nombreux succès remportés par sa société depuis sa création.

Space X est à ce jour la première et la seule compagnie privée à avoir été capable, dès 2010, de placer un vaisseau spatial en orbite et de le ramener à terre. A partir de 2012 ce vaisseau affrété par la NASA, a été en mesure de ravitailler à de multiples reprises la Station Spatiale Internationale. La compagnie effectue à présent plusieurs dizaines de lancements chaque année pour ses clients (NASA, Korea-sat, Bulgaria-sat, Intelsat, Eutelsat, Thales Alenia Space, Iridium, Thaïcom, etc.) avec des lanceurs de plus en plus puissant. Le Falcon 9 dernier de sa série Falcon est capable de mettre jusqu’à 15 tonnes de fret en orbite. Au total plus de 100 missions réussies pour des contrats qui dépassent les 10 milliards de dollars.

Space X, a aussi réalisé une percée technologique avec sa fusée Falcon 9, en 2015, en plaçant en orbite un satellite de communication et en ramenant à terre le premier étage du lanceur. Peu de temps après Space X réussissait un second lancement et une seconde récupération de cette partie principale de la fusée. Cette démonstration du réemploi possible de cette partie principale de la fusée est un réel atout compétitif pour Space X qui voit ainsi une réduction significative de ses coûts de lancement.

En 2018, Space X a réussi le lancement, depuis Cap Canaveral, d’une nouvelle fusée, la Falcon Heavy, encore plus impressionnante que la Falcon 9. La Falcon Heavy est aujourd’hui la plus puissante du monde, supérieure à la fusée Appolo des missions lunaires.

Pour la prochaine décennie, les équipes d’Elon Musk visent encore plus haut et ne promettent plus la Lune mais Mars. Elles travaillent donc dès à présent sur la BFR (BFR pour Big Fucking Rocket, en français « putain de grosse fusée »). Avec ses 106 mètres de hauteur, ses 9 mètres de diamètre et ses 32 monstrueux moteurs Raptor, la BFR sera capable de mettre en orbite une charge de 150 tonnes soit 10 fois plus que la Falcon 9. Selon Space X, la BFR sera de plus totalement réutilisable et pourra donc faire des rotations à moindre coût.

Elon Musk précise que la partie habitable de la fusée comprendra 40 cabines pouvant accueillir jusqu’à 6 personnes chacune. Pour donner un maximum de confort à ses clients à destination de Mars, Space X prévoit néanmoins de limiter le nombre de passagers à 3 par cabine ce qui conduit malgré tout à un peu plus d’une centaine de voyageurs. Le prix du billet ? Environ 200.000 dollars répond Elon Musk ? Soit environ 0,1 centimes du km, bien moins cher que le métro !

Le voyage vers Mars sera long, entre 4 et 6 mois, mais les passagers pourront admirer pendant leur trajet la Lune, la Terre et Mars confortablement installés dans leurs fauteuils en fibres de carbone habillés d’un tissu Alcantara du dernier chic.

Compte tenu de la distance la fusée ne pourra pas faire un aller et retour sans refaire le plein de carburant. Une grosse partie de la consommation ayant lieu au départ pour s’affranchir de l’attraction terrestre, il est prévu de faire une étape intermédiaire en plaçant la BFR en orbite terrestre, le temps de refaire le plein, ce qui est une opération actuellement maîtrisée. Par la suite Space X compte implanter sur Mars une sorte de station-service où le carburant sera produit sur place à partir de la glace et du CO2, abondant sur Mars, en utilisant le procédé de Sabatier bien connu des chimistes[1]. Et ce n’est pas tout… Elon Musk veut ensuite établir une base permanente puis une ville et enfin « terraformer » Mars pour la rendre habitable pour les terriens. A long terme, le patron de Space X veut de rendre l’espèce humaine multiplanétaire...

 Au début des années 2000, Elon Musk passait pour un doux rêveur, aujourd’hui on ne sait plus trop ce qu’il faut en penser… Rêver à plusieurs est le début de la réalité disent les Brésiliens… D’ici là Elon Musk pense aussi utiliser sa BFR sur Terre : 34mn pour aller de Londres à Hong-Kong, 30mn pour un Paris-New-York et 28mn pour un Tokyo-Singapour.

__________________________________________

[1] Le processus découvert par le chimiste français Paul Sabatier est basé sur la réaction de l’hydrogène sur le dioxyde de carbone à des températures et des pressions élevées en présence d'un catalyseur afin de produire du méthane et de l'eau. Il est décrit par la réaction suivante : CO2 + 4H2 -> CH4 +2H2OC O 2 + 4 H 2 → C H 4 + 2 H 2 O {\displaystyle {\rm {CO_{2}+4\,H_{2}\rightarrow CH_{4}+2\,H_{2}O}}}

 

A propos

Animé par Jacques Carles et Michel Granger, tous deux ingénieurs et « Philosophiae Doctor » de l’Université de Montréal, ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.


Futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org