Abonnement Infolettre gratuit

En 2070 la canicule extrême pourrait frapper un tiers de l’humanité

Toute espèce vivante ne peut vivre que dans une zone limitée de température et d’humidité. La plus grande partie de l’humanité vit aujourd’hui dans des zones tempérées où la température moyenne annuelle se situe entre 11°C et 15°C, là où les conditions sont également les plus favorables pour l’agriculture et l’élevage. Dans une moindre proportion l’humanité occupe aussi une zone correspondant à l’Inde et aux régions de mousson où la température annuelle moyenne se trouve entre 20°C et 25°C.
Les données historiques et géologiques disponibles montrent que depuis 6000 ans l’humanité a pu se déplacer à la surface du globe mais qu’elle est restée concentrée dans des territoires correspondant à ces plages de température.
Selon une équipe internationale de scientifiques[1], la situation va brutalement changer au cours des 50 prochaines années avec l’accélération du dérèglement climatique.
Selon les différentes hypothèses retenues pour le réchauffement de la planète, ce sont entre 1 et 3 milliards d’être humains qui risquent d’être confrontés à un climat de type saharien en 2070.
Si aucune mesure n’est prise pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, en quelques décennies, un tiers de l’humanité, vivant sur 19% de la surface du globe sera exposée à des températures annuelles moyennes égales ou supérieures à 29°C , une situation qui ne se rencontre aujourd’hui que dans les déserts (0,8% de la surface terrestre).

Martin Redlin (Pixabay)

Ce résultat s’explique d’une part par le fait que la population s’accroit plus rapidement dans les pays du sud et d’autre part parce que la température des terres émergées augmente plus vite que la température des océans. Ainsi pour une prévision d’augmentation de la température moyenne du globe de 3° entre le début de l’ère industrielle et la fin du 21ème siècle la température moyenne des continents pourrait s’élever de 7°C.
La température ressentie par l’homme dépend de la température de l’air (température sèche) et de l’humidité relative. La température humide est une mesure de cette température ressentie physiologiquement, elle est enregistrée par un thermomètre dont le bulbe est maintenu humide (en y enroulant d'un coton trempant dans une réserve d'eau liquide).On estime que même s’il dispose d’une quantité illimitée d’eau l’homme ne peut survivre au-delà d’une température humide de 35°C : l’équivalent d’une température sèche de 54° pour une humidité relative de 30% (celle rencontrée au Sahara par exemple) [2].
Pour le moment de telles conditions extrêmes ne sont rencontrées, dans les zones habitées, que très exceptionnellement et durant quelques heures, par exemple dans le golfe Persique ou dans la vallée de l’Indus, mais d’ici la fin du siècle elles pourraient devenir beaucoup fréquentes dans de larges zones d’Asie et d’Afrique si le dérèglement climatique n’est pas mis sous contrôle.
Les pays tempérés du nord, qui eux mêmes verront leur climat évoluer vers un climat de type méditerranéen, ne pourraient alors plus contenir la pression migratoire exercée par les populations du sud. Le retour des pandémies serait favorisé par les mouvements de population et les tensions pourraient dégénérer en conflits meurtriers. Le repli de la population prévue par Carles et Granger[3] pour le 22e siècle pourrait alors intervenir dès la deuxième moitié de ce 21ème siècle.

 ________________________________

[1] Future of the human climate niche Chi Xu, Timothy A. Kohler, Timothy M. Lenton, Jens-Christian Svenning, and Marten Scheffer, Future of the human climate niche. Proceedings of the National Academy of Sciences (May 4, 2020)
[2] C. Raymond, T. Matthews and R.M. Horton. The emergence of heat and humidity too severe for human tolerance. Science Advances. (May 8, 2020)
[3] J. Carles et Michel Granger. L’Apogée, l’avenir en perspective. Editions Pygmasoft (2020)

A propos

Futuroscopie se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir. Les contributions pertinentes sont les bienvenues.


Nous écrire : contact@futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org