La ville circulaire

Les villes qui sont les plus efficientes sont celles qui savent allier trois dimensions : une politique de transport durable (moins de voiture, plus de mobilités communes et douces), une politique de gestion de la biodiversité efficace (gestion des espaces verts, de la biodiversité en ville) et une stratégie de gestion des déchets et d’économie circulaire (recyclage, tri, compost…). Dans cette optique le concept de ville circulaire propose une version revisitée des "circulades", ces villes qui fleurissaient au moyen-âge en pays latins et qui restent encore aujourd'hui, en Languedoc, parmi les plus beaux villages de France.

Les villes d'aujourd'hui se sont construites d'elles-mêmes, sans planification précise et ont grandi de manière anarchique. Les grandes métropoles sont sujettes à de nombreux problèmes qu'on ne peut résoudre sans reparr de zéro. Embouteillages, transports en communs qui s'entrecroisent dans tous les sens ou tombent en panne fréquemment, manque d'espaces verts, prix exorbitants, polluon et surpopulaon sont autant de problèmes qui minent l'espace urbain actuel. The Venus Project propose d'arrêter de construire sur ces anciennes villes et de reconstruire progressivement des nouvelles villes circulaires bien organisées, respectueuses de l'environnement, avec un bilan carbone négatif.

Pourquoi des villes en forme de cercle?
The Venus Project propose une ville circulaire qui uliserait les meilleurs matériaux et techniques de construcon actuels pour préserver l'environnement et réduire l'énergie nécessaire à sa concepon. Cee structure géométrique serait à la fois élégante et efficace. Les villes sont divisées en secteur radiaux et en ceintures circulaires. Ceci offre le maximum d'efficacité en amenant chaque secteur radial le plus proche possible d'un Dôme Central qui sera le coeur de la ville. Cee géométrie permet aussi de minimiser le temps de transport tout en évitant l'usage des voitures. On conçoit une pare radiale de la ville seulement une fois, et elle sera répliquée 8 fois pour former la ville enère, ce qui permet d'uliser beaucoup moins d'énergie et de ressources qu'une méthode conventionnelle.

À quoi ressemblerait une ville circulaire ?

• Un Dôme Central intégrera le cœur du système cybernétique - en charge de la gestion des ressources-, des écoles, un centre de communication, un lieu de rencontres, un pôle santé et des crèches. ?
• Les 8 bâtiments qui entourent le Dôme Central seraient les centres d'accès. Les trois ceintures circulaires adjacentes au Centre d'accès seront des centres de Recherche. ?
• La ceinture suivante sera un lieu d'activités culturelles, accueillant des arts, du théâtre, des spectacles, des concerts, des salles de sport, de grandes cannes publiques etc... ?
• Les 8 quartiers résidentiels bénéficieront de formes uniques d'architectures qui s'adapteront aux besoins des occupants. Les maisons seront immergées dans un espace entouré de jolis jardins séparés des autres maisons par de la végétation. Certains choisiront plutôt de vivre dans des immeubles qui pourront aussi accueillir des restaurants, des écoles, des centres culturels et de loisirs. ?
• Enfin la ceinture suivante accueillera les usines et les fermes verticales qu'elle soient aquaponiques ou hydroponiques, ainsi que les terrains agricoles extérieurs. Toutes ces infrastructures permettront de produire une grande variété de plantes sans l'usage des pesticides. ?
• Les aires périphériques seront utilisées pour les loisirs tels que la randonnée, le vélo, le golf ou autres divertissements. Des zones externes seront équipées pour récolter de l'énergie qu'elle soit éolienne, solaire, géothermique, photovoltaïque ou autre. On sortira définitivement des énergies fossiles. ?Le Centre Cybernéque, situé dans le Dôme Central, permettra la gestion scientifique des ressources pour qu'elles soient réparties de manière idéale, en fonction des besoins, dans le seul but d'aider l'homme à atteindre le plus niveau de vie possible, tout en respectant l'environnement.

Pierre-Alexandre Ponant,
Président en France du Mouvement pour une Economie Basée sur les Ressources.
(voir aussi : "L'Économie Basée sur les Ressources"

L'agriculture urbaine

  

Les premières villes sont nées grâce à l’agriculture, il y a 5 000 ans et l’agriculture a continué d’exister dans et autour des villes pendant des siècles. Ce n’est qu’avec la révolution industrielle que les villes ont perdu leurs champs et leurs jardins. Au 20ème siècle avec le développement des moyens de transports modernes et celui des industries agroalimentaires, les banlieues se sont urbanisées et ont repoussé la campagne dans l’arrière-pays. Pire encore, actuellement on achète à Bruxelles des haricots verts venant par avion d’Ethiopie ou des fraises venant du Sénégal tout comme à New York on achète des kiwis de Nouvelle-Zélande ou des pousses de bambou de Thaïlande. La liste serait longue de ce qui apparaît déjà à beaucoup comme un contre-sens écologique.
Les citadins veulent à présent retrouver un lien avec la terre. Ils redécouvrent les bienfaits de l’intégration de la ville et de la nature. La proximité et le « développement durable » sont à la mode. Rencontrer ses voisins et produire ses propres légumes au pied de son immeuble commence à faire sens dans certaines grandes villes.

» lire la suite

La population se concentre dans les villes

 

En 1700, sur une population mondiale  d’environ 650 millions de personnes, seulement 45 millions d’entre elle (7%) vivaient en ville. Aujourd’hui, le Delta de la Rivière des Perles, la zone urbaine de Hong-Kong, dépasse les 65 millions d’habitants, soit l’équivalent d’un pays comme le Royaume-Uni.

En l’espace de trois siècles, non seulement la population mondiale a explosé mais cette croissance phénoménale s’est accompagnée d’une urbanisation sans précédent. Aujourd’hui, la moitié (54%) des 7 milliards d’habitants de la planète sont des citadins. Des différences importantes subsistent néanmoins entre les pays. Certains comme le Niger, le Népal ou le Cambodge ont des taux d’urbanisation d’environ 20% d’autres comme le Nicaragua, la Chine ou la Slovaquie sont aux alentours de 60%.

Quelques pays comme Singapour ou Monaco se réduisent à une ville et donc 100% de leurs ressortissants sont des citadins. Cinq pays concentrent plus de 60% de leur population dans leur seule capitale : Congo (Brazzaville), Kowait (Koweit City), Panam (Panama City), Porto-Rico (San Juan) et la Mongolie (Oulan-Bator)

» Lire la suite

A propos

Futuroscopie se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir. Les contributions pertinentes sont les bienvenues.


Nous écrire : contact@futuroscopie.org

Contact

Pour nous faire part de vos commentaires, de vos suggestions, de vos critiques remarques ou encore pour nous proposer un texte pour publication, contactez nous :

contact@futuroscopie.org