A propos

Ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.

Contact

Commentaires, suggestions, critiques ou proposition de texte pour publication sont les bienvenus :

contact@futuroscopie.org

La 6G annoncée vers 2030

Après la 4G et alors que le déploiement de la 5G se prépare, la 6 G est déjà annoncée par le coréen Samsung, le chinois Huawei ou encore l''opérateur de téléphonie mobile japonais NTT DoCoMo .

Alors que la 5G utilise des longueurs d’onde de plusieurs millimètres, la 6G utilisera des ondes infra-millimétriques, de quelques dizaines à quelques centaines de micromètres. Ces ondes ultra-courtes sont capables de transmettre des quantités astronomiques d’informations avec une rapidité et une efficacité incroyable. Comme les rayons cosmiques, elles sont capables de traverser la matière, sans danger pour l'homme affirment les scientifiques. Elles peuvent donc transmettre les données en traversant les murs ou n'importe quel obstacle. De plus ces ondes sont dans la bande des fréquences térahertz ce qui permet d'atteindre des débits de transmission de plusieurs téraoctets par seconde, soit dix mille fois plus rapide que l’Internet que nous connaissons. Avec une telle puissance, il devient possible de télécharger une centaine de film en moins d'une seconde ou de mener des conversations en 3D grâce à des hologrammes. Elle permettra surtout de traiter le volume pharamineux des données que va générer le développement exponentiel de  l'intelligence artificielle.

La 6G pourrait couvrir toute la Terre à partir de satellites dès 2030 et rendre possible de nouveaux usages dans le domaine de la télémédecine et des objets connectés. En particulier, elle garantira la sécurité des voitures autonomes en réduisant à moins d'une milliseconde, le temps de latence pour réagir à toute variation de contexte détecté par les capteurs du véhicule. A peu près au même moment, les métamatériaux commenceront de transformer les murs des bâtiments en surfaces intelligentes qui deviendront, avec la 6G, des stations de base avec lesquelles les appareils communiqueront.

Les enjeux futurs d’internet


Dans les années 1960 à l’Université, l’informatique en était encore qu’à ses débuts. Il fallait écrire ses propres programme et ses données sur des cartes perforées que l'on confiait à une énorme machine, un ordinateur, laquelle nous restituait le lendemain une liasse de papier où figuraient les résultats des calculs. Puis vint l’ordinateur personnel doté d’un écran et d’une imprimante. Nous pouvions toujours écrire des programmes pour traiter nos données mais nous pouvions aussi utiliser des programme faits par d’autres (word, excel..). Nos données et les résultats restaient sur notre disque dur. Tout cela nous appartenait et nul n’avait accès à ces informations. Quelques années après, en entreprise, l'ordinateur personnel était devenu un terminal. Avec les autres ordinateurs de l’entreprise, il faisait parti d’un réseau et il avait accès à un ordinateur plus gros, le serveur central, sur lequel était stockés les bases de données et des logiciels.

» lire la suite

La révolution internet ne fait que commencer

La barre des 50% de la population mondiale ayant accès à l’internet a été franchie dès 2018. Au rythme actuel, le monde comptera bientôt 5 milliards d’internautes dont 4 milliards seront actifs sur les réseaux sociaux. Le taux de pénétration dépasse déjà 80% en Europe et s’en approche en Amérique. En Afrique il atteint maintenant les 40% avec la plus forte croissance annuelle du monde grâce à des startups qui font bouger le continent. Ainsi, à Nairobi, loin de la Silicon Valley, une entreprise kenyane du secteur de l’économie sociale et solidaire, Ushahidi[1], développe la BRCK (la « brique » ), petit boitier électronique qui permet avec une seule carte SIM de raccorder 20 appareils à la fois à un réseau 3G, 4G ou Wifi en s’adaptant à l’infrastructure locale.

» lire la suite

Blockchain : la nouvelle vague

 

La blockchain – chaîne de blocs en français – est une technologie informatique qui va révolutionner les transactions, entre les particuliers comme entre les entreprises, qu’il s’agisse de monnaies, de titres financiers, d’achats ou de vente de biens, de contrats ou d’accords de toutes natures et dans tous les domaines. L’impact prévisible du protocole blockchain sur les transactions sera comparable à celle d’internet sur la communication et l’information. Les banques, les assurances, les professions juridiques pourraient être parmi les premiers secteurs de l’économie à être impactés par la blockchain mais peu à peu toutes les activités humaines seront concernées. La vie politique pourrait également être bousculée par cette nouvelle technologie susceptible d’entrainer un renouveau de la participation des citoyens à la chose publique.

» lire la suite

Internet des objets

 

L’internet des objets est l’extension des technologies de l’information au monde physique des choses et des entités virtuelles pouvant communiquer avec l’internet soit directement soit indirectement via des appareils électronique eux-mêmes connectés à internet. Il inaugure une « nouvelle manière de vivre et de gérer les affaires courantes et professionnelles via internet ». [1]

Les « objets » connectés possèdent leurs propres identités et adresses numériques qu’il s’agisse d’un smartphone, d’une palette dans un entrepôts, d’un thermostat dans une maison ou d’un mouton dans un troupeau. Ils peuvent communiquer entre eux, être reliés à des plateforme ou à des serveurs via des circuits électroniques, des puces RFID, une liaison Bluetooth ou un réseau Wi-Fi. Ils font appel à une grande variété de protocoles de communication et se retrouvent dans d’innombrables domaines et applications. Les objets connectés collectent, stockent, traitent des données et peuvent le cas échéant réagir en fonction de leur environnement.

» lire la suite