A propos

Ce site se propose de collecter les nombreux signaux faibles qui annoncent déjà ce que sera demain et d'analyser les grandes forces qui sont à l’œuvre en ce début de 21ème siècle. L'objectif n'est cependant pas de prévoir ce que sera l’avenir mais plus modestement d’inciter à la réflexion pour agir collectivement et maitriser notre futur au lieu de le subir.

Contact

Commentaires, suggestions, critiques ou proposition de texte pour publication sont les bienvenus :

contact@futuroscopie.org

La 6G annoncée vers 2030

Après la 4G et alors que le déploiement de la 5G se prépare, la 6 G est déjà annoncée par le coréen Samsung, le chinois Huawei ou encore l''opérateur de téléphonie mobile japonais NTT DoCoMo .

Alors que la 5G utilise des longueurs d’onde de plusieurs millimètres, la 6G utilisera des ondes infra-millimétriques, de quelques dizaines à quelques centaines de micromètres. Ces ondes ultra-courtes sont capables de transmettre des quantités astronomiques d’informations avec une rapidité et une efficacité incroyable. Comme les rayons cosmiques, elles sont capables de traverser la matière, sans danger pour l'homme affirment les scientifiques. Elles peuvent donc transmettre les données en traversant les murs ou n'importe quel obstacle. De plus ces ondes sont dans la bande des fréquences térahertz ce qui permet d'atteindre des débits de transmission de plusieurs téraoctets par seconde, soit dix mille fois plus rapide que l’Internet que nous connaissons. Avec une telle puissance, il devient possible de télécharger une centaine de film en moins d'une seconde ou de mener des conversations en 3D grâce à des hologrammes. Elle permettra surtout de traiter le volume pharamineux des données que va générer le développement exponentiel de  l'intelligence artificielle.

La 6G pourrait couvrir toute la Terre à partir de satellites dès 2030 et rendre possible de nouveaux usages dans le domaine de la télémédecine et des objets connectés. En particulier, elle garantira la sécurité des voitures autonomes en réduisant à moins d'une milliseconde, le temps de latence pour réagir à toute variation de contexte détecté par les capteurs du véhicule. A peu près au même moment, les métamatériaux commenceront de transformer les murs des bâtiments en surfaces intelligentes qui deviendront, avec la 6G, des stations de base avec lesquelles les appareils communiqueront.